Lisière Ouest de Thorigné d’Anjou

Maîtrise d'ouvrage : Commune de Thorigné d'Anjou assistée du CAUE49 Mission : Concours - Non retenu Lieu : Thorigné d'Anjou (49) Surface : 7ha (secteur d'étude) Date : 2015 Date : 2,9M€ HT En tant que : Le Vôtre - mandataire Avec : Titan architectes, Ceramide ingénierie

Vue du futur quartier d’habitat depuis la terrasse du Ponceau créée au départ du sentier de randonnée

De par son positionnement en premier plan du bourg historique, dans un site vallonné très exposé, l’urbanisation de la lisière ouest du bourg de Thorigné d’Anjou est particulièrement sensible. Notre parti d’aménagement, sous-tendu par un principe d’économie de projet, s’appuie sur quatre points : la constitution d’une armature végétale en entrée de ville, un maillage d’espaces publics au fil de l’eau, à la fois lieux d’accueil touristiques et espaces dédiés à la vie de quartier, un réseau de déplacement ajusté à l’échelle des lieux de vie et la revalorisation en cœur du quartier du lotissement du Ponceau récemment construit en fond de vallon.

En termes de formes urbaines, l’analyse d’un contraste fort entre le centre-bourg historique présentant de nombreuses qualités et les extensions pavillonnaires, au contraire très pauvres d’un point de vue urbain et architectural, mais répondant aux attentes des nouveaux habitants, nous conduit à envisager des formes hybrides. Il s’agit de rechercher des configurations permettant de concentrer le bâti et de le rapprocher de l’espace public, tout en garantissant des espaces jardins au sud et une intimité vis-à-vis des espaces publics et privés. Nous partons du principe qu’il faut composer avec des habitations individuelles au gabarit standard (quelle que soit la forme des parcelles, celles-ci pourront être commercialisées sous forme de lots libres ou d’opérations groupées), présentant toutes une façade sud dégagée, et des surfaces de parcelles adaptées au marché actuel.

Plan masse général

Zoom plan masse

Deux principes de composition sont retenus : principe de la longère (assemblage de plusieurs maisons mitoyennes, sur un parcellaire orienté nord/sud et une desserte est/ouest) pour les typologies denses, plus favorables à la mitoyenneté, à la gestion et prise en charge d’éléments construits (garage, murets) dissociés sur rue / principe de parcellaire orienté est/ouest avec une desserte nord/sud pour les typologies individuelles libres, permettant de rapprocher le bâti de part et d’autre de la voie tout en maintenant un espace jardin au sud. Ces principes sont associés et combinés en fonction du site et des opportunités de desserte de manière à éviter tout systématisme et au contraire multiplier les formes possibles et amener une certaine complexité.

La trame du quartier est ainsi développée, suivant le parti d’aménagement préalable, et en fonction de l’état du foncier et de la disponibilité des terrains, sous forme de poches d’urbanisation successives, de micro-quartiers permettant d’introduire un phasage et une évolutivité dans le plan d’urbanisation.

Coupe nord/sud : urbanisation dans la pente

Coupe est/ouest : trame du quartier basée sur l’armature végétale

En termes d’aménagements, le projet s’appuie à la fois sur la qualité et donc la prise en charge de certaines limites public/privé, et sur des espaces publics traités de façon très simple et dimensionnés de manière ajustée.

Depuis la rue du Ponceau, vue vers la placette du lavoir aménagée en tant qu’espace public structurant du bourg, orienté vers l’accueil touristique

1